The concordat

Person Research

A number of themes run through the following recommendations, such as  the need to :

  • Recognize that the COVID-19 pandemic has stalled most research
  • Recognize the differential effects of COVID-19 according to disciplines,  institutions, research topics, jurisdictions and career stages and  aspirations
  • Consider the specific effects of COVID-19 on individuals and, consequently, to adopt attitudes and actions that support the next  generation of researchers
  • Take this window of opportunity to reflect on enhanced practices for  evaluating research in an inclusive, equitable and proactive manner.

We advise that COMPEER be stringently applied for 5 years (2020–2025) to mitigate the knock-on and long-term effects of the crisis.

We recommend that its provisions subsequently be applied under any major circumstances with significant and global disruptive impacts on the research ecosystem.

We invite interested organizations, governments and stakeholders across all scientific disciplines to show their support by adding their names to this Concordat.

Concordat on Mitigating COVID-19 Pandemic Effects on Research (COMPEER)

The global COVID-19 pandemic is having profound impacts whose nature and effects are still difficult to fully assess. While science plays an ever-increasing role and is perceived as an avenue to improve the human condition and provide a way out of this crisis, the whole scientific community is facing unprecedented hurdles.

Restricted travel, suspended fieldwork and laboratory work, closed libraries and archives, interrupted semesters, postponed or canceled conferences, hindered peer-review processes— the research ecosystem has been turned upside down. The COVID-19 pandemic has created a global climate of vulnerability that we must address collectively to ensure a smoother return to a new normal. Even small disruptions can have big impacts on the activities of the next generation of researchers (NGR), as the crisis is threatening to cause significant delays to the completion of projects, to graduation and to hiring. Major steps must be taken quickly to prevent overly burdensome consequences from affecting research capacity in the short and medium terms, which may greatly impede scientific advancement.

In a context in which the entire ecosystem has been hobbled and where scientific progress and success are measured by individual merits and contributions, there is an urgent need to take coherent and inclusive measures to assess the extent of the COVID-19 aftermath and to support the NGR.

This Concordat seeks to mobilize and unite funding agencies, governments, academic institutions, scientific associations and conference organizers, researchers, publishers and other parties in (re)appraising how scientific research outputs are assessed in the context of education, graduation, funding, and hiring and promotion decisions. As its name, COMPEER, suggests, the goal is to ensure that individuals are fairly recognized for their merits and that the crisis does not create undue divisions and inequity between people, and that everyone is engaged in enhancing the academic experience for all and conducting research in a more sustainable, responsible and impactful way.

A number of themes run through the following recommendations:

  • the need to recognize that the COVID-19 pandemic has stalled most research
  • the need to recognize the differential effects of COVID-19 according to disciplines, institutions, research topics, jurisdictions, gender and career stages and aspirations
  • the need to consider the specific effects of COVID-19 on individuals and, consequently, to adopt attitudes and actions that support the next generation of researchers
  • the need to take this window of opportunity to reflect on enhanced practices for evaluating and conducting research in an inclusive, equitable and proactive manner.

We advise that COMPEER be stringently applied for 5 years (2020–2025) to mitigate the knock-on and long-term effects of the crisis.

We recommend that its provisions subsequently be applied under any major circumstances with significant and global disruptive impacts on the research ecosystem.

We invite interested organizations, governments and stakeholders across all scientific disciplines to show their support by adding their names to this Concordat.

General recommendation

  1. Actively commit, in collaboration with stakeholders in the research ecosystem, to mitigate impacts and put in place exceptional measures to assess an individual’s scientific contributions in the context of graduation, funding, and hiring and promotion decisions.

For research funders and governments

  1. Strive to maintain and, whenever possible, increase pre-pandemic funding levels amid the current financial pressure on government and organization budgets.
  2. Recognize the possible disparities that could appear between candidates in terms of productivity and access to opportunities and the existing gaps (e.g., between disciplines, institutions, research topics, jurisdictions and career advancement) that may widen in times of pandemic and containment.
  3. Support the Global South research capacity, and coordinate actions with major international organizations to ensure that researchers in these countries do not bear greater COVID-19-specific burdens.
  4. Allow candidates in research funding and scholarship competitions to describe the impact of COVID-19 on their academic records and the progress of their work and career advancement.
  5. Establish and disseminate specific instructions to evaluation committees on the consideration of exceptional situations that could affect the career advancement of the next generation of researchers and on the interpretation of evaluation grids in the era of COVID-19.
  6. Provide guidelines to all new researchers so that they can clearly demonstrate the impact of COVID-19 on their productivity and research activities in their funding applications.
  7. Reward those who invested in addressing COVID-19 and recognize that not all researchers can meaningfully contribute—hence the need to sustain non-COVID-19-specific funding.
  8. Involve and provide meaningful opportunities to the next generation of researchers to contribute to science-policy dialogue, research governance and science diplomacy, as well as to foster capacity development for solving major societal challenges.

For academic institutions

  1. Recognize the stress and anxiety that the pandemic has caused and offer long-term psychological and financial support and counselling for mitigating its consequences.
  2. Ensure that the disruption of academic institutions’ activities has a minimal impact on the next generation of researchers and that it does not translate into undue consequences, e.g., non-recognition of the potential delay of research projects and graduation.
  3. Be understanding, when assessing applications for hiring, tenure, and promotion decisions, of the impacts of COVID-19, especially for the next generation of researchers, and the implications of postponed or canceled funding and hiring competitions, travel restrictions, and the inability to offer and/or accept an interview or a new position abroad.
  4. Provide guidelines to all new researchers/candidates so that they can clearly demonstrate the impact of COVID-19 on their productivity and research activities in their job, funding and promotion applications.
  5. Promote the use of a broad range of impact measures, especially narrative and qualitative indicators of research impact, for the purposes of post-pandemic research assessment.
  6. Provide clear guidance and best practices on how the impacts of COVID-19 should be presented in CVs and applications.
  7. Take advantage of the current situation to revamp and enhance academic training.
  8. Train and involve the next generation of researchers as early as possible to the mechanisms underlying science-policy dialogue, research governance and science diplomacy to help capacity building in that field (i.e., by fostering skill development, such as policy analysis and program evaluation; understanding of the policy development process; leadership, mentorship and collaboration; interdisciplinary work; and knowledge mobilization to a variety of audiences).

For scientific associations and conference organizers

  1. Recognize the impacts of COVID-19 on networking opportunities for the next generation of researchers and their knowledge mobilization, and take actions over the coming years to reduce the impact of the pandemic in terms of loss of opportunities.
  2. Actively involve the next generation of researchers in the creation and organization of events and initiatives so that they respond to their needs and foster meaningful networking and (inter)national collaboration.
  3. Ensure equity, diversity and inclusion in contributing to, presenting at and organizing these events by broadly involving the next generation of researchers (e.g., in organizing committee, in inviting them as keynote speakers, in rewarding unsung heroes, in giving voice to less dominant perspectives).
  4. Encourage remote conferences and networking activities to respond to the current situation and take this opportunity to make future scientific conferences more environmentally friendly.
  5. Take the advantage of the current situation to encourage open science and public engagement all around the world.

For publishers

  1. Ensure fairness in evaluation and publication processes so that the whole system of scientific knowledge dissemination is supported while research is slowed down.
  2. Greatly reduce emphasis on metrics and scientometric indexes that may unduly maintain a long-term record of the impacts of COVID-19 on researchers’ inputs and productivity.
  3. While there is a critical need for evidence and a need to facilitate research dissemination of insights on COVID-19, remain careful to publish only quality research and avoid exploiting the current situation.
  4. Take advantage of the current international cooperation in a time of crisis to accelerate the open science movement.

For research ethics boards

  1. Proactively accompany and support the next generation of researchers whose projects involve human participants, living organisms, animals and plants, and for whom research protocols are largely disrupted due to the crisis.
  2. Develop ethical guidance for providing a framework for the responsible conduct of research during major disruptions to the research ecosystem, which would be applicable to future disturbances, transversal to all disciplines and jurisdictions, and pave the way for research sustainability.

For researchers

  1. Be supportive and understanding with students, trainees, postdocs and supervised employees, and recognize the impact of the pandemic on their projects and activities.
  2. When involved in committees making decisions about funding, hiring, tenure or promotion, recognize the specific circumstances faced by the candidates that affected their productivity and output, and recognize the fact that such circumstances may have multi-year knock-on effects.
  3. Be understanding with those who are in transitional stages of their career, as they may bear an increased burden and the crisis might significantly affect their career trajectories.
  4. Give greater weight to narratives and demonstrations of the impacts of the crisis than to variations in indicators and proxies in candidates’ CVs.
  5. Recognize the impact, outside of disciplines or research programs, of researchers committed to contributing to the resolution of the pandemic.
  6. Challenge research assessment practices that do not adequately account for COMPEER insights, and advocate for fair and supportive behaviours that mitigate the effects of the crisis.

For the next generation of researchers

  1. Build up your communities and work with your peers to mitigate the impacts of this crisis on research programs and career paths. Be creative. Be supportive.
  2. Take the time to fully assess the impacts of COVID-19 on your research programs and career paths.
  3. Present these impacts with integrity, without dramatizing or exaggerating the consequences.
  4. Actively participate in steering research into a more sustainable, open, careful, fair, responsive, and socially engaged path.

Concordat pour limiter les impacts de la pandémie de la COVID-19 sur la recherche – COMPEER

Concordat on Mitigating COVID-19 Pandemic Effects on Research (COMPEER)

Les conséquences de la pandémie mondiale de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) sont encore difficiles à anticiper. Alors que la science joue un rôle de plus en plus important et est considérée comme une voie pour améliorer la condition humaine et participer à la recherche de solutions à cette crise, l’ensemble de la communauté scientifique se confronte à des obstacles sans précédent.

Déplacements restreints, travaux de laboratoire et de terrains suspendus, archives et bibliothèques fermées, semestres interrompus, conférences reportées ou annulées, processus d’évaluation par les pairs altérés – l’écosystème de recherche est bouleversé. La pandémie de la COVID-19 a créé un climat de vulnérabilité que nous devons collectivement gérer afin d’assurer un retour en douceur à une « nouvelle normalité ». Les perturbations mineures peuvent également avoir des impacts importants sur les activités de la relève étudiante et postdoctorale en recherche, alors que la crise menace de retarder, voire même de remettre en question la diplomation de certains étudiants, leur accès au financement, la réalisation de stages et leur embauche. Des actions majeures doivent être mises en place afin de nous prémunir des conséquences qui affecteront grandement la capacité de recherche à court et moyen termes, lesquelles pourraient grandement entraver l’avancement de la recherche.

Dans un contexte où l’écosystème entier de la recherche est ralenti et dans lequel le progrès ainsi que l’impact scientifique sont mesurés à l’aune des mérites et des contributions individuelles, il devient urgent de mettre en place des mesures inclusives et cohérentes pour considérer les conséquences de la COVID-19 et soutenir la relève en recherche.

Ce Concordat a pour but de mobiliser et d’unir les organismes de financement, les gouvernements, les institutions académiques, les associations scientifiques et les organisateurs de conférences, les chercheurs, les éditeurs et tous les individus jouant un rôle dans l’évaluation de la recherche, considérée pour les contextes d’enseignement, de diplomation, de financement, d’embauche et de promotion. Le but de COMPEER est de s’assurer que les individus seront reconnus de façon équitable pour leurs mérites et que la crise actuelle ne créera pas de division ou d’iniquités indues entre eux. Le Concordat vise également un engagement global pour améliorer l’expérience académique et pour conduire une recherche qui est durable, responsable et significative.

Plusieurs thèmes sont abordés dans les recommandations qui suivent :

  • le besoin de reconnaître que la pandémie de COVID-19 a ralenti considérablement la majorité des activités de recherche
  • le besoin de reconnaître que les conséquences de la COVID-19 seront différentes selon les disciplines, les institutions, les sujets de recherche, les juridictions, le genre et le stade et les aspirations de carrière
  • le besoin de considérer les effets spécifiques de la COVID-19 sur les individus et, par conséquent, d’adopter des actions et une attitude favorable pour soutenir la relève en recherche
  • le besoin de profiter de ce moment pour améliorer les pratiques d’évaluation et mener la recherche de façon inclusive, équitable et proactive.

Il est recommandé que COMPEER soit appliqué de manière rigoureuse pendant cinq ans (2020-2025) afin de limiter les effets immédiats et à long terme de cette crise.

Il est recommandé que ses dispositions soient appliquées ultérieurement dans toute circonstance majeure ayant des effets perturbateurs importants et mondiaux sur l’écosystème de la recherche.

Les organisations, gouvernements et les parties prenantes de toutes les disciplines scientifiques sont invités à démontrer leur soutien en apposant leur signature à ce Concordat.

 

Recommandation générale

  1. S’engager, en collaboration avec tous les acteurs de l’écosystème de recherche, à limiter les impacts et à mettre en place des mesures exceptionnelles pour évaluer les contributions scientifiques des individus dans des contextes de diplomation, de financement, d’embauche et de promotion.

Organismes de financements et gouvernements

  1. S’efforcer de maintenir, et voire même d’augmenter si possible, les niveaux de financement d’avant la pandémie, malgré les pressions financières actuelles sur le budget des gouvernements et autres organisations.
  2. Reconnaître les disparités qui pourraient se créer entre les candidats en termes de productivité et d’accès aux opportunités, ainsi que les écarts (p. ex. entre les disciplines, les institutions, les sujets de recherche, les juridictions et le stade de carrière) qui pourraient se creuser en ce temps de pandémie et de confinement.
  3. Soutenir la capacité de recherche de la « Global South » et coordonnez des actions avec des organismes internationaux majeurs pour vous assurer que les chercheurs dans ces pays ne subiront pas de conséquences plus importantes de la COVID-19.
  4. Permettre aux candidats, dans le cadre du financement de la recherche et des concours de bourses, de décrire les impacts de la COVID-19 sur leurs résultats académiques ainsi que sur l’avancement de leurs travaux et de leur carrière.
  5. Établir et diffuser des instructions spécifiques aux comités d’évaluation, en considérant les situations exceptionnelles qui pourraient affecter l’avancement de la carrière de la relève en recherche et l’interprétation des grilles d’évaluation dans le contexte de la COVID-19.
  6. Fournir des lignes directrices à toute la relève professorale et postdoctorale afin qu’ils puissent clairement démontrer l’impact de la COVID-19 sur leur productivité et leurs activités de recherche dans leurs dossiers de demandes de subventions.
  7. Récompenser ceux qui s’investissent dans la recherche de solutions en lien avec la COVID-19, mais reconnaître que tous les chercheurs ne peuvent pas y contribuer de façon significative et qu’il est nécessaire de maintenir le financement pour les sujets non spécifiques à la COVID-19.
  8. S’impliquer et fournir des opportunités significatives à la relève pour contribuer au dialogue science-politique, à la gouvernance de la recherche et à la diplomatie scientifique ainsi qu’à favoriser le développement des capacités pour résoudre les principaux défis sociétaux.

Institutions académiques

  1. Reconnaître le stress et l’anxiété que la pandémie entraîne et offrir du soutien psychologique et financier à long terme, ainsi que du support pour en limiter les conséquences.
  2. S’assurer que la perturbation des activités académiques a un impact minimal sur la relève en recherche et qu’elle ne se traduise pas par des conséquences indésirables, par exemple la non reconnaissance de l’allongement potentiel des délais de finalisation des projets de recherche et celui de la diplomation.
  3. Être compréhensifs, lors de l’évaluation des dossiers de candidature pour le recrutement, l’embauche et la promotion des impacts de la COVID-19, particulièrement pour la nouvelle génération de chercheurs, et considérer les implications de l’annulation ou le report des concours de financement et d’embauche, des restrictions de déplacement et de l’incapacité à offrir ou à accepter une entrevue ou un nouveau poste à l’étranger.
  4. Fournir des lignes directrices à tous les nouveaux chercheurs ou candidats afin qu’ils puissent clairement démontrer les impacts de la COVID-19 sur leur productivité et leurs activités de recherche dans le cadre de leur emploi, de leurs demandes de financement et de leurs candidatures à une promotion.
  5. Promouvoir l’utilisation d’une multitude de mesures d’impacts, plus spécifiquement d’indicateurs narratifs et qualitatifs des conséquences de la COVID-19 pour évaluer la recherche après la pandémie.
  6. Fournir une orientation claire sur les meilleures pratiques à adopter pour présenter les impacts de la COVID-19 dans les curriculum vitae et autres dossiers de candidatures.
  7. Prendre avantage de la situation pour réviser et améliorer les programmes de formation.
  8. Former et impliquer le plus tôt possible la prochaine génération de chercheurs aux mécanismes qui sous-tendent le dialogue science-politique, la gouvernance de la recherche et la diplomatie scientifique pour aider au renforcement des capacités dans ce domaine (c’est-à-dire en favorisant le développement des compétences, comme l’analyse des politiques et l’évaluation des programmes ; compréhension du processus d’élaboration des politiques; leadership, mentorat et collaboration; travail interdisciplinaire; et mobilisation des connaissances auprès de divers publics).

Associations scientifiques et organisateurs de conférences

  1. Reconnaître les impacts de la COVID-19 sur les opportunités de réseautage pour la relève et la mobilisation de leur savoir, et prendre des moyens dans les années à venir pour réduire l’impact de la pandémie en termes d’opportunités perdues.
  2. Impliquer activement la relève dans la création et l’organisation d’évènements et d’initiatives afin qu’elle réponde à ses besoins et favorise un réseautage significatif ainsi qu’une collaboration (inter) nationale
  3. Assurer l’équité, la diversité et l’inclusion en contribuant à, en présentant et en organisant ces événements en impliquant largement la relève (par exemple, dans les comités d’organisation, en les invitant en tant que conférenciers principaux, en récompensant les héros méconnus, en donnant la parole à des perspectives moins dominantes)
  4. Encourager les conférences et opportunités de réseautage à distance pour répondre à la situation actuelle et utiliser cette opportunité pour rendre les futures conférences plus écoresponsables.
  5. Prendre avantage de la situation actuelle pour encourager la science ouverte et l’engagement public partout dans le monde.

Éditeurs

  1. S’assurer de l’équité des processus d’évaluation et de publication afin que l’ensemble du système de diffusion du savoir scientifique soit soutenu, alors même que la recherche est ralentie.
  2. Réduire de façon importante l’emphase mise sur les diverses mesures et facteurs de productivité scientifique, lesquelles pourraient entraîner la persistance des impacts négatifs de la COVID-19 sur les contributions et la productivité des chercheurs.
  3. Alors qu’un besoin criant se fait sentir en matière de données scientifiques et de facilitation de la diffusion de la recherche en lien avec la COVID-19, demeurer prudent pour ne publier que la recherche de qualité et éviter d’exploiter la situation actuelle.
  4. Tirer avantage de l’actuelle coopération internationale en ces temps de crise pour accélérer le mouvement initié vers la science ouverte.

Comité d’éthique de la recherche

  1. Accompagner et offrir votre soutien de façon proactive à la nouvelle génération de chercheurs dont les projets impliquent des sujets humains, des organismes vivants, des animaux et des plantes, ainsi que ceux dont les protocoles de recherche sont largement interrompus en raison de la crise.
  2. Élaborer des directives éthiques pour fournir un cadre à la conduite responsable de la recherche lors de perturbations majeures de l’écosystème de la recherche, qui seraient applicables aux perturbations futures, transversales à toutes les disciplines et juridictions, et ouvriraient la voie à la durabilité de la recherche.

Chercheurs et chercheuses

  1. Offrir votre soutien et être compréhensifs avec les étudiants, les apprentis, les postdoctorants et les employés, et reconnaître l’impact de la pandémie sur leurs projets et activités.
  2. Si vous êtes impliqués au sein de comités de prise de décision en lien avec le financement, l’embauche, l’emploi ou la promotion, reconnaître les circonstances spécifiques rencontrées par les candidats qui auraient pu affecter leur productivité, ainsi que le fait que de telles circonstances peuvent avoir des conséquences à long terme.
  3. Être compréhensifs avec ceux qui trouvent à des étapes charnière de leur carrière professionnelle, alors même qu’ils portent un fardeau important et que la crise pourrait affecter leur trajectoire de carrière de façon significative.
  4. Accorder plus d’importance aux indicateurs narratifs et aux démonstrations des impacts de la crise qu’aux variations des indicateurs de productivité traditionnels dans les curriculums vitae des candidats.
  5. Reconnaître l’impact, en dehors des disciplines ou programmes de recherche, des chercheurs qui s’impliquent pour contribuer à trouver des solutions à la pandémie.
  6. Contester les pratiques d’évaluation de la recherche qui ne prennent pas adéquatement en compte les idées de COMPEER, et plaider pour des comportements justes et de soutien qui limitent les effets de la crise.

Relève en recherche

  1. Rassembler vos communautés et travailler avec vos pairs pour limiter les impacts de la crise sur les programmes de recherche et les carrières. Être créatifs. Être solidaires.
  2. Prendre le temps d’évaluer pleinement les impacts de la COVID-19 sur votre recherche et votre plan de carrière.
  3. Présenter ces impacts avec intégrité, sans dramatiser ou exagérer les conséquences.
  4. Participer activement à l’orientation de la recherche vers une voie plus durable, ouverte, prudente, juste, réactive et socialement engagée